Laniakea, le paradis incommensurable 

Désigné comme un superamas dans le domaine de l’astro-physique, Laniakea prend dans l’œuvre de Nicolas Hermann la forme d’un ensemble photographique crypté, à travers lequel des résurgences de formes et de signes apparaissent comme les indices de passages entre différents mondes. Catalyseurs de la pulsation du monde, ces constellations d’images imprègnent notre esprit comme des réminiscences, le souvenir d’un temps originel : elles invitent le spectateur à une traversée immersive. Domaine d’extension des signes, Laniakea est un « paradis incommensurable », d’inédits, d’anecdotes et de rebonds. Dans ce monde fait de mondes, les trouées dans le paysage évoquent des portails temporaires, des passages possibles d’une image à l’autre, d’un temps à l’autre. Comme dans le film noir ou le film de science-fiction, l’image provoque des symboles. 

 
 

Laniakea, vidéo expérimentale

 

Laniakea, installation à la galerie Artlab, Beyrouth, Liban, juin 2018

 
 

Laniakea, catalogue, édition limitée à 100 exemplaires